Le bonheur n’est pas d’avoir ce qu’on veut, mais de s’approcher de qui on est vraiment

Je ne sais plus quel maître soufi  disait :

« Si je vous demande de lever une jambe, vous la levez sans difficulté. Ça c’est votre libre arbitre.

Et maintenant si je vous demande de lever en même temps  l’autre jambe, vous ne pourrais pas le faire, ça c’est votre destinée.

Au lieu de se préoccuper de ce que l’on ne peut pas changer, occupons-nous des choses sur lesquelles nous avons les pleins pouvoirs.

C’est bien gentille, vous me direz, mais la planète, et les pauvres et l’autre Greta ?

Si vous êtes émotionnellement impliqué dans des événements sur lesquels vous n’avez pas un moyen d’agir, vous dépensez une énorme énergie qui affaiblit votre système immunitaire et votre corps d’une façon générale.

De vous inquiéter, d’espérer, de vous indigner ne vous servira à rien, mis à part de fait que vous nourrissez encore et encore votre sentiment de culpabilité.

 Ainsi vous donnez délibérément votre énergie et donc votre pouvoir à une autre autorité, vous devenez manipulable.

La culpabilité mène à la souffrance, la souffrance à la colère et la colère à la haine, la haine mène à la mort. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *