A Propos

A Propos

Je m’appelle Greta Liberge et depuis 15 ans j’accompagne les gens vers leur autonomie et une meilleure santé à travers le shiatsu, une méthode japonaise basée sur les pressions, étirements et d’autres manipulations du corps en suivant le flux énergétique de la personne pour augmenter son potentiel, de se gérer seul.

J’ai créé ce site come une extension de ma passion pour la vie, ses lois et ses mystères que je voudrais partager avec tous ceux qui se demandent comment vivre dans la société dont les valeurs bougent continuellement et qui sont parfois radicalement opposées au nôtres malgré notre bonne éducation, notre bonne intention, notre bon sens tout simplement.

Beaucoup de gens rêvent depuis la nuit des temps de sortir des systèmes oppressants.

J’en faisais partie, il y a encore quelques années de ça, même si inconsciemment,  je me suis toujours sentie comme un mouton noir avec des tendances plutôt dépressives, mais assez courageuse pour cheminer hors des sentiers battus.

Je n’ai pas vécu des drames personnels majeurs, si ce n’est juste une enfance trop souvent passée à l’hôpital à la suite des angoisses liées à mon hypersensibilité, un régime politique totalitaire où « fermer sa gueule et tenir le pas » était à l’ordre du jour et le passé et l’éducation de mes parents que je chéris, étaient ce qu’ils étaient.

 Ils faisaient ce qu’ils pouvaient.

Le plus important à leurs yeux  était d’étudier, de trouver un travail convenable, se marier, avoir des enfants, vivre modestement.

Je considère cette époque comme fantastique car elle m’a permis comme aux autres,  à survivre et à rêver d’un meilleur futur.

Tout ceci a abouti à mon départ de la maison à l’âge de 14 ans, armée d’une philosophie de guerrier indépendant, adhérant aux mouvements philosophiques, politiques et spirituels clandestins.

Puis, la Velvet révolution est arrivée et avec elle  « la victoire de  l’Amour et de la Vérité » (Vàclav Havel).

Puis, la grande désillusion de la nouvelle politique qui a permis de piller l’état, d’enrichir les gangsters et d’appauvrir les pauvres au nom de la démocratie. Je suis partie à la découverte d’un « monde libre » auquel mon pays d’origine devait ressembler bientôt, d’après des gens qui nous voulaient du bien en croyant que c’est là où je trouverais mon bonheur et épanouissement.

Et oui… j’étais fascinée.

De la culture, de la connaissance, de l’art de vivre, du progrès.

J’ai appris le français, j’ai trouvé un travail dans une entreprise où j’ai gravi des échelons, je vendais mon temps contre de l’argent. En ne comprenant pas à cette époque les règles du système, je croyais qu’en travaillant plus, je gagnerais plus.

Le pire, c’est que j’ai payé cette attitude et à l’âge de 35 ans je me suis trouvée en face d’un problème de santé.

Je vous épargne les détails, vous pouvez le lire sur mon site.

Depuis ce jour-là, j’ai commencé à me passionner pour des relations corps-esprit du point de vue de la psychologie occidentale et surtout de la philosophie orientale.

J’ai quitté mon travail  de salariée confortable, je me suis reconvertie et installée en activité libérale et avec un élan inouï, je me suis mise à soigner les autres avec l’idée que nous avons tous les capacités de régénération en connaissant nos besoins fondamentaux. J’ai travaillé 6 jours sur 7 à bâtir ma clientèle, à parler du shiatsu et à m’exercer sur les membres de ma famille.

J’ai résolu la plupart de mes problèmes de santé en apprenant à respecter les lois universelles qui diffèrent largement des solutions de santé, officiellement admises par le système.

Mais quelque chose me gênait profondément.

D’un côté, les gens venaient me voir pour sortir de leurs difficultés physiques ou émotionnels et me demandaient des conseils et d’un autre côté, dès que leurs symptômes commençaient  à disparaitre ils rentraient à nouveau dans leurs habitudes qui les ont amenées dans leurs galères.

Pourtant il s’agit de gens intelligents et pragmatiques, avec une certaine adhésion pour les soins naturels et une intuition qu’il existe un lien entre le corps et l’esprit.

Ils avaient des bibliothèques remplies de bouquins sur la santé naturelle, la psychologie, la méditation, le développement personnel et essayaient des tonnes de méthodes pour résoudre leurs problèmes.

Mais toujours aussi insatisfaits, voire déçus de ne pas trouver ce qu’ils cherchaient, ils essayaient  encore et encore d’autres méthodes pour trouver les solutions.

Plus tard, j’ai compris que ces gens étaient juste le reflet de ma propre quête et la vie m’a bientôt confirmé cette intuition.

Vous attendez que je vous annonce une catastrophe ? Comme dans une histoire fascinante ?

Non, personne n’est morte,  la guerre n’est pas arrivée.

C’est juste qu’un jour je ne me suis pas levée de mon lit.

Mon corps refusait.

C’était à la suite d’une rupture amoureuse, j’ai envoyé tout le monde se faire…et je suis restée là en hésitant à appeler SOS médecins.

Tout mon monde s’effondrait.

Mes certitudes, mes croyances, ma confiance en moi, mes finances bien sûr.

La seule chose qui me restait était la respiration et l’empreinte de mon lit sur mon corps. Je suis restée comme ça une journée. Je ne comprenais rien, j’avais juste sentie la douleur de tout mon être.

Je ne me suis jamais sentie aussi connectée avec mon corps que ce jour-là, malgré ou grâce à des pratiques de méditation.

Aucune pensée logique ne me traversait l’esprit.

Je me disais juste que soit je m’approche de la mort, soit de l’illumination. Ni l’une, ni l’autre n’est arrivée.

Le monde restait indifférent, banal et de plus en plus angoissant. Je devais me ressaisir.

 

J’ai fait ma série d’exercices matinaux jusqu’à pouvoir bouger plus librement. Je me suis concentrée à survivre la journée et assurer les deux rendez-vous de l’après-midi.

Je ne pouvais pas me mettre en arrêt de maladie. Il fallait continuer.

« Trouves tout ce qui est bien dans cette situation de merde et écrit le ! » Tel était le conseil d’un ami qui m’a aidé à baisser l’importance sur ce qui m’arrivait.

Bizarrement, j’avais trouvé quelques avantages d’être dans cet état et le premier était que la vie m’obligeait de faire le point, de revoir mes systèmes de croyances, de certitudes et regarder mes ombres.

Le deuxième avantage de tomber de mon piédestal était dans le fait que je pouvais, à partir de là changer ma vie, la construire différemment.

Bien sûr, c’est avec le recul et un travail poussé que je définis maintenant clairement ces avantages.

Dès que je pouvais, je partais en voyage à travers la France à la recherche des gens qui pouvaient m’aider à voir pourquoi je souffre et comment y remédier. J’ai appris beaucoup d’humilité en me retrouvant dans des groupes de gens que je pouvais estimer auparavant comme faibles, naïfs ou peureux en me rendant compte que je ne suis pas si différents d’eux.

J’ai investi mon temps et mon argent dans des formations avec les gens qui m’ont aidé à reconstruire ma vie, de comprendre comment je fonctionnais et comment je pouvais créer ma vie en comprenant les règles de bases qui dirige cet Univers.

Je me suis liée d’amitié avec des personnes avec lesquelles je n’aurais jamais cru pouvoir échanger avant. Me mettre à nue, « Moi » avec mes connaissances et un certain sentiment de supériorité, qui je vous avoue, frimaient souvent avec son opposé, à savoir de me sentir inférieure, incomprise et en manque de confiance totale, voir et sentir tout ça clairement, m’a obligé à prendre une direction différente.

Aujourd’hui, j’ai envie de partager mes découvertes et surtout de vous aider à sortir de votre système qui vous oppresse et de vous accompagner si vous le voulez bien, pour construire une vie qui vous ressemble à partir de là où vous êtes actuellement.

Si votre vie est actuellement chaotique et elle ne se passe pas comme vous le souhaitez, commencez à structurer vos pensées avec l’aide de cet outil que j’ai créé pour mes séances de coaching.